TRAVAIL ILLEGAL ET HAUSSE DE LA TVA, MEME COMBAT ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Paris, le 10 août 2012

 

 

 

         TRAVAIL ILLEGAL ET HAUSSE DE LA TVA, MEME COMBAT ?       

 

 

 

         Les hasards du calendrier ont bon dos. Comment, en effet, ne pas s’étonner qu’au lendemain de la mise en place à l’Assemblée Nationale d’une mission d’information sur l’impact de la TVA, les pouvoirs publics, par le biais de l’URSSAF, présentent un bilan en hausse du travail illégal dans le secteur des HCR.

 

         Quand on sait que la mission en question aura pour objectif d’évaluer les engagements pris par les restaurateurs en matière de création d’emplois, la révélation de ces chiffres tombe à point nommé pour le Gouvernement.  Certains ne manqueraient pas de dire que le moment choisi n’est pas tout à fait innocent. On voudrait préparer les professionnels à un relèvement de la TVA qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

 

          En ce qui nous concerne, si nous ne voulons voir là aucune manœuvre  machiavélique des partisans de la revalorisation du taux de TVA dans la restauration, nous entendons pour autant dénoncer une démarche qui vise à jeter l’opprobre sur une catégorie particulière de professionnels. Certains y verraient sans doute là une atteinte discriminatoire.  Montrer du doigt les restaurateurs c’est en faire des boucs émissaires aux yeux de l’opinion publique alors que le travail illégal affecte tous les secteurs de la vie économique française depuis des décennies. C’est là, un mal endémique contre lequel nous luttons nous-mêmes et ce n’est pas des cas isolés qui doivent masquer la réalité, à savoir que sur les 180 000 entreprises existantes l’immense majorité est composée de bons élèves qui n’apprécient pas d’être confondus avec les cancres de la classe.

Chaque corporation de métiers renferme en son sein son lot de brebis galeuses et de pratiques contestables, l’actualité nous en apporte la preuve chaque jour. Or c’est justement tout à l’honneur des organisations professionnelles que de veiller au respect par leurs adhérents de la réglementation sociale et fiscale. Le gouvernement, celui-ci comme ses prédécesseurs, ne l’ignore pas et nous serions sensibles à ses encouragements plutôt qu’à des remontrances.

 

             Pourquoi ne pas dire plutôt et reconnaître que nous avons, ces dernières années, créé 60 000 emplois, sauvegardé 50 000 et amélioré les conditions de travail de 800 000 salariés de notre secteur d’activité : hausse des salaires, jours fériés supplémentaires, création d’une mutuelle santé, etc.

 

             Un vieux dicton prétend que lorsqu’on « veut se séparer de son chien, on trouve qu’il a la rage ». Espérons que cette annonce « choc » qui tombe au milieu de l’été, ne servira pas de prétexte à une manœuvre dolosive qui, en relevant le taux de TVA dans le secteur de la restauration, serait profondément anti-économique et génératrice de chômage et de dépôt de bilan.

 

 

 

 

                  

 

 

                                                                  Gérard GUY

                                                                  Président Confédéral

 

 

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »